Organiser un sauvetage

Un « vrai » sauvetage, c’est quand on essaie de sauver des cobayes maltraités ou souffrant de négligences graves. Ces animaux peuvent être les victimes de hoarders, par exemple, ou provenir de laboratoires d’expérimentation animale. Ils peuvent aussi avoir été abandonnés, et trouvés sur un parking, dans une poubelle, devant la porte du vétérinaire, retirés à des enfants violents, des écoles ou fermes pédagogiques négligentes, etc…

Autre cas… De nos jours, on assiste à de plus en plus de « déstockages de cobayes kleenex«  : des éleveurs de cochons d’Inde en masse se débarrassent de leurs animaux en trop quand ceux-ci ne correspondent pas au standard ou « ne servent plus », pour faire de la place afin d’en acquérir de nouveaux, ou alors pour être tranquilles à l’approche des vacances… Ces cobayes sont le plus souvent proposés en tant que « lots », et parfois bradés. Le problème, c’est que les petites annonces de lots de cochons d’Inde attirent parfois les terrariophiles en quête de nourriture pas chère pour leurs reptiles. Vous êtes alors nombreux à essayer de sauver ces cobayes via internet.

Malheureusement, la plupart des associations de protection animale et des forums spécialisés considèrent que les opérations visant à récupérer des cobayes kleenex ne sont pas des sauvetages, car ils ne font qu’entretenir l’engrenage des mauvais éleveurs : les débarrasser de cobayes en trop, c’est leur donner la possibilité d’en acquérir de nouveaux, et ainsi de suite… Cependant, selon les circonstances, des exceptions sont parfois faites, ou bien ces sauvetages peuvent s’organiser de façon indépendante.

Les règles de base pour tout organiser vous-même

Si vous voulez organiser vous-même un sauvetage ou êtes un participant, voilà quelques règles à suivre pour que tout se passe bien.

Les responsables du sauvetage

Une ou plusieurs personnes doivent être déléguées en tant que responsables du sauvetage, afin decentraliser l’organisation, ce qui est plus pratique pour tout le monde et plus efficace. Les responsables doivent si possible avoir de l’expérience. Si le sauvetage se fait par le biais d’un forum, les administrateurs de ce forum doivent donner leur accord, et être au courant de tout ce qui se passe et faire respecter certaines règles. Rappelons que ce sont eux qui sont légalement responsables de ce qui se passe sur leur forum (adoptions et transport d’animaux vivants, transactions financières, éventuels préjudices moraux, etc…).

Les familles d’accueil (FA)

Beaucoup de personnes voudront offrir leur aide en se proposant en tant que familles d’accueil (ou « FA » pour les initiés), des foyers temporaires pour les cobayes en attente d’adoption définitive. Cependant, ces personnes doivent comprendre qu’il s’agit d’un énorme investissement personnel, en matière de place, de temps et d’argent (nourriture, litière, frais vétérinaires, etc…).Dans les associations, une partie des frais peut-être prise en charge.

Etre famille d’accueil, c’est un investissement affectif et moral. Il est parfois très difficile de placer des cobayes, surtout quand ils sont âgés ou malades. Il faut s’attendre à garder des animaux en FA pendant plusieurs mois voire plusieurs années. Par ailleurs, choisir un adoptant est très difficile. Il faut savoir déceler les mensonges, faire la part entre les vrais passionnés et ceux qui ne pensent qu’à faire du profit (reproduction), et être prêt à faire des visites sur place pour vérifier. Et sachez qu’il est très difficile de voir partir un cochon d’Inde auquel on s’est attaché…

Maintenant, il faut faire la distinction entre les  FA indépendantes et les FA d’associations.

1) Les FA d’association sont recrutées par l’association, remplissent un contrat, et sont sous la tutelle d’un responsable de région. Ce sont elles qui gèrent une partie du processus d’adoption, en accord avec la présidence de l’association. Les animaux sont protégés juridiquement et les frais vétérinaires sont pris en charge par l’association.

2) Les FA indépendantes, ce sont des familles qui se proposent d’aider, indépendamment d’une association, à titre privé. Les FA indépendantes ne doivent pas demander de dons aux particuliers : en effet, une famille qui désire prendre en charge un ou plusieurs cobayes doit subvenir totalement à leurs besoins en attendant qu’ils soient adoptés, c’est là tout le principe ! Personne ne doit payer à leur place ! Les FA hésitantes ou qui rechignent à acheter un paquet de foin ou à aller chez le vétérinaire doivent être refusées. Les animaux ne sont pas protégés juridiquement, aussi ils sont sous l’entière responsabilité de la famille d’accueil.

Les adoptants

Idem que pour les familles d’accueil. Un adoptant qui ne peut pas prendre en charge financièrement un cobaye doit être écarté. Quand il s’agit de sauver des animaux de l’enfer, il y a beaucoup de prétendants, qui sont pris de pitié et veulent absolument aider. Certains d’entre eux oublient tous les frais qu’incombe la maintenance d’un cobaye et se lancent dans l’adoption sans réfléchir. Il faut donc choisir les adoptants très scrupuleusement et ne pas laisser les cobayes à n’importe qui sous le coup de la panique (urgence du sauvetage) ou pour raisons pratiques (proximité pour les co-voiturages, etc…).

Il faut aussi s’assurer que les cochons d’Inde issus de ce sauvetage ne finissent pas en tant que reproducteurs une fois de plus. Si on les adopte, c’est pour qu’ils aient enfin une vie saine, tranquille et pleine d’amour.

Les trajets et co-voiturages

Lors d’un sauvetage de plusieurs cobayes, les adoptants ou FA risquent de se retrouver répartis dans toute la France (voire Corse, Suisse, Belgique, etc). Il faut alors organiser des trajets pour récupérer les cobayes sur leur lieu d’origine et les dispatcher vers les personnes intéressées. C’est l’aspect du sauvetage le plus compliqué à mettre en place. Il faut prendre en compte les disponibilités de chacun (conducteurs et adoptants/FA) et organiser un timing très précis. Quand les participants donnent des dates et des lieux, ils doivent s’engager à respecter ces rendez-vous, et à ne pas les changer afin de de ne pas compromettre l’organisation du sauvetage, ce qui forcerait les responsables à tout recommencer. Il ne faut pas oublier que des cochons d’Inde seront dans des trains ou des voitures, et risquent de ne pas supporter de nombreuses heures d’attente ou de retard ! Et que des familles entières dépensent de l’argent et donnent de leur temps pour faire ces trajets.

L’attribution des cobayes

S’il s’agit d’un sauvetage de masse, il y aura plusieurs cobayes ou dizaines de cobayes, et de nombreux futurs adoptants ou familles d’accueil désireront celui-ci ou celui-là… Malheureusement, les adoptants/FA habitent dans des régions différentes, et certains ne peuvent pas se déplacer, ce qui rend la gestion de l’attribution des cobayes et des co-voiturages extrêmement difficile. Il convient donc de stipuler dès le début que l’attribution des cobayes risque de se faire selon certaines règles, les régions géographiques, les disponibilités, etc… Cela évite que de nombreux participants aient à gérer un véritable casse-tête et perdent beaucoup de temps et d’argent. Il faut rappeler qu’au départ il s’agit d’un sauvetage ! Un sauvetage, c’est pour sortir un animal de la misère, non pas pour faire son choix sur un catalogue !

Les frais

L’organisation d’un sauvetage engendre de nombreux frais auxquels il faut faire face : essence pour les trajets et co-voiturages, billets de train, nourriture, litière, caisses de transport et éventuellement cages, frais vétérinaires si les cobayes sont malades, etc. Il faut en prendre conscience et être prêt à assumer.

Les dons

Certaines personnes qui ne peuvent pas devenir FA ni adopter se proposeront d’aider matériellement. Il faut préciser, comme c’est le cas pour la plupart des associations, que les dons doivent servir uniquement à financer les co-voiturages, les trajets et les frais  vétérinaires. Il n’est pas possible d’aider tout le monde à payer la nourriture et la litière de tous les animaux adoptés ou en attente d’adoption… Si on adopte un animal, on est normalement prêt à assumer les frais de sa maintenance. Les dons ne doivent servir qu’à financer l’organisation du sauvetage en lui-même. Tous les dons doivent être justifiés par une facture ou un reçu, par souci de transparence. Une fois que l’organisation est programmée, il convient de faire un budget et/ou de présenter un devis afin que les donateurs sachent comment va être utilisé leur argent.

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie
– 30 Millions d’Amis
– NAC Magazine (www.nac-magazine.com)
– Editions de Vecchi
– Editions Rustica/Fleurus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *