Le cobaye en extérieur

Le cochon d’Inde n’est pas un animal sauvage, il est un animal domestique habitué à vivre à l’intérieur depuis des milliers d’années. Passion Cobaye ne recommande pas la vie en extérieur. Cependant, si c’est votre choix, voici comment faire pour que tout se passe bien.

Les conditions nécessaires

Des compagnons avant tout

Si vous n’avez qu’un seul cobaye, oubliez l’idée de le faire vivre en extérieur. C’est un animal social et domestique, qui a autant besoin de vous que de congénères. Un cobaye tout seul, vivant dehors et ayant donc de rares contacts risque de dépérir rapidement : son système immunitaire a de grandes chances d’être affaibli par la solitude forcée, l’ennui et l’absence de stimulation. La vie en extérieur peut être rude, et comme le dit le dicton, c’est l’union qui fait la force ! En plus de se tenir chaud, un petit groupe de cobayes sera bien plus heureux qu’un cobaye seul.

Une adaptation progressive

Vous venez d’avoir l’idée faire vivre vos cobayes dehors. N’allez pas trop vite en besogne ! Il faut les y habituer très progressivement, sinon le choc thermique risque de les tuer. Un cobaye qui a toujours vécu dans un appartement à 20 degrés ne peut pas survivre si on le met brusquement dehors où il fait 5 degrés !
Commencez par habituer vos cochons d’Inde au jardin dès le printemps, en les y laissant de plus en plus longtemps. C’est seulement en été que vous pouvez les installer dans leurs habitations extérieures. Ils auront plusieurs semaines pour s’habituer, sans risque de souffrir du froid. Quand l’automne arrive, surveillez-les biens, et assurez-vous qu’ils ne souffrent pas du froid et de l’humidité. Si vous voyez qu’ils ont du mal à s’adapter, rentrez-les immédiatement jusqu’au printemps.

Une habitation adéquate et solide

Ne faites surtout pas vivre des cobayes dans un genre de parc au sol composé sommairement de quelques grilles ! Une habitation solide est absolument nécessaire. Vous pouvez choisir des grands clapiers, ou recycler un abri de jardin par exemple. Sinon un agencement de clapiers et d’enclos sous un préau peut être une excellente solution.

A l’abri des prédateurs  

En ville comme à la campagne, les prédateurs sont nombreux : chiens ou chats errants, renards, fouines, rapaces ou même serpents… Il convient de sécuriser votre installation contre les prédateurs venant du dessus, mais aussi du dessous !
Si votre aménagement comporte des grilles ou des panneaux divers, ceux-ci doivent être enterrés à leur base à une profondeur de 50 cm minimum, l’idéal étant de les fixer à des fondations en béton, enfouies sous terre. Vous pouvez également installer une clôture électrique.
N’oubliez pas que les rats sauvages peuvent également être de féroces prédateurs : bouchez les moindres ouvertures, à toutes les hauteurs, et utilisez des matériaux très résistants… et faciles à renouveler au cas où. Si vous avez des clapiers au sein d’une installation sans toit, équipez-là de filets anti-aviaires ou de grillage, contre les rapaces.

A l’abri des intempéries

Une bonne isolation est absolument nécessaire. Celle-ci doit protéger du vent, de la pluie, de l’humidité et du soleil. Renseignez-vous auprès de votre spécialiste en bricolage, il pourra vous conseiller selon la configuration de vos installations.

A l’abri du froid

Il est fortement recommandé de rentrer vos cobayes dès l’approche de la saison froide, lorsque la température descend en dessous de 15 degrés. Si cela n’est pas possible, il faut alors prendre des dispositions. En plus de l’isolation, votre installation doit être équipée contre le froid. Il existe des systèmes de chauffage, par le bias de lampes à infra-rouge par exemple. Offrez aussi des abris, mais surtout pas en plastique, car l’humidité se condense sur les parois et est très néfaste pour les cobayes. Les abris en bois conviennent mieux. Offrez des dodos confortables et des nids garnis de couvertures en laine polaire par exemple. Au sol, mettez beaucoup de paille, connue pour bien garder la chaleur.
Certains amateurs recouvrent leurs clapiers de bâches en plastique, mais il semblerait que ca ne soit pas la meilleure solution, toujours à cause du problème de condensation.Afin d’éviter que l’eau ne gèle, il existe des caches isothermes à placer sur les abreuvoirs.

A l’abri des voleurs

Malheureusement, il est de plus en plus fréquent de constater des vols de cobayes. Alors pensez à équiper votre local ou vos clapiers de cadenas ou d’un système d’alarme. Certains vont même jusqu’à installer une caméra de surveillance.

Un emplacement bien choisi

Vos installations doivent être placées dans un endroit tranquille, ombragé, et à l’abri du vent et de la pluie. Ne les placez pas près d’une route, à cause du bruit, des risques de pollution, mais aussi de vol !
Certains amateurs mettent leurs cobayes sur le balcon. Cette solution peut s’avérer pratique, parce qu’on a un contact plus direct avec les animaux, sans avoir à traverser le jardin. Mais les balcons sont fortement exposés au vent et aux regards des voisins !
N’utilisez pas de cage mais plutôt un clapier, bien solide et bien isolé, et trouvez une solution pour le protéger du vent et des écarts de température importants pendant la journée. Sécurisez le clapier et le balcon, afin d’éviter tout risque de chute et d’introduction de prédateurs.

Une alimentation adaptée

Pour les cobayes qui restent en extérieur toute l’année, il est parfois conseiller de ne pas rationner les extrudés mais d’en laisser à disposition en permanence. Ceux-ci s’avèrent utiles pour les animaux qui ont besoin d’énergie pendant l’hiver. Choisissez un produit d’excellente qualité.
A l’approche de l’hiver, n’hésitez pas à leur faire des petites cures de vitamine C afin de booster leurs défenses immunitaires. Et lorsque l’hiver est là, vos cobayes auront probablement besoin de légumes un peu plus énergétiques que la salade et le concombre. Offrez-leur régulièrement des carottes et du fenouil, par exemple, qui remplissent bien les petits estomacs !

Une surveillance accrue

Avec le froid, les intempéries et l’éventuel stress lié à des facteurs environnementaux divers, vos cobayes auront besoin d’une surveillance accrue. Rendez-leur visite plusieurs fois par jour. Pesez-les toutes les semaines afin de vous assurez qu’ils ne s’affaiblissent pas. Emmenez-les régulièrement chez le vétérinaire pour un petit check-up.

Marie-Sophie Germain

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie
- 30 Millions d'Amis
- NAC Magazine (www.nac-magazine.com)
- Editions de Vecchi
- Editions Rustica/Fleurus
Marie-Sophie Germain

Les derniers articles par Marie-Sophie Germain (tout voir)

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie - 30 Millions d'Amis - NAC Magazine (www.nac-magazine.com) - Editions de Vecchi - Editions Rustica/Fleurus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *