Les différences avec les autres rongeurs (et lapins)

Il mange beaucoup plus que les autres rongeurs

… vraiment beaucoup beaucoup plus qu’un hamster ou une souris, par exemple ! Mais il mange approximativement autant qu’un lapin (cela dépend bien sur de la taille du lapin). Cet immense appétit dépend de son poids – il est plus gros qu’une souris donc il mange plus qu’une souris – mais aussi du fait qu’il ne soit pas un « stockeur » comme le hamster mais un brouteur : il doit manger en permanence pour stocker ses réserves dans son tissu adipeux en prévision des périodes de disette… Pour en savoir plus, consultez la page sur l’alimentation.

Il est le rongeur qui a le sens gustatif le plus développé 

Le cobaye possède plus de papilles gustatives que la plupart des autres rongeurs. De ce fait, il développe des préférences pour certains aliments dès l’âge de 2 jours, tant au niveau du goût (sucré, salé, amer, acide), que de la saveur (fruité, boisé, etc…), de l’odeur, de la texture ou de la forme… et il est très très difficile de changer son alimentation ! C’est pourquoi il faut lui offrir une alimentation très variée dès l’âge de 2 jours pour être sûr qu’il aime beaucoup de choses.

Il ne synthétise pas la vitamine C

Le cobaye est le seul rongeur qui ne peut pas fabriquer sa vitamine C. Il doit la trouver dans son alimentation, c’est à dire par votre main généreuse : 20 mg par « kilo de cochon d’Inde » par jour !

Il « pollue » plus que tous les autres rongeurs

A l’inverse de certains souris ou hamster qui font leurs besoins dans un coin de la cage, le cobaye « en met partout »… Il urine beaucoup et fait beaucoup de crottes. Cela dit, son urine sent moins que celle d’un lapin.

Il n’a pas de queue et est court sur pattes
Il ne se sert pas de ses pattes avant pour saisir la nourriture

Le cobaye utilise parfois ses pattes avant pour « plaquer au sol » des morceaux de fruits, par exemple (plus pratique pour les manger !) mais ne peut pas tenir de la nourriture avec ses pattes, comme les hamsters ou les écureuils.

Il est une espèce nidifuge

A l’inverse des autres rongeurs (sauf chinchilla et octodon), les petits « fuient le nid » : ils naissent déjà formés, des répliques des adultes en miniature ! Pour en savoir plus, consultez les pages sur la biologie et la reproduction.

Il est le plus câlin des rongeurs

Alors que les autres rongeurs – et même son cousin le chinchilla – préfèrent partir en vadrouille quand on les prend dans les bras, le cochon d’Inde peut rester des heures blotti contre vous au point de s’endormir… Pour en savoir plus, consultez la page les câlins et les massages.

Il est plus sociable que le hamster

Il aime la compagnie et la vie en groupe avec ses congénères !

Il est le plus bavard des rongeurs

Doté d’une oreille très fine et d’une voix puissante, le cobaye communique en permanence avec ses congénères comme avec son maître. En gros, on peut dire qu’il ne perd jamais une occasion de s’exprimer : quand vous rentrez chez vous, quand vous ouvrez la porte du frigo ou froissez un sac en plastique (signe, peut-être, qu’il y a des bonnes choses dedans ?), quand vous lui parlez…

Il est plus stable (psychologiquement) que le lapin

Il est beaucoup moins têtu, moins cabochard ou tête de mule. Il est moins du genre à vous mordre subitement alors qu’une seconde auparavant il adorait vos caresses. Il est aussi moins agressif. Mais tout est bien sur une question de caractère, on peut très bien tomber sur un lapin très doux et un cobaye hostile…

Il est moins actif que les autres rongeurs

Le cobaye est en effet beaucoup plus « planplan »… Si vous lui offrez une sortie, au bout d’un moment il finira toujours par aller se reposer dans un coin… Pas comme le hamster qui court dans sa roue toute la nuit ou alors le chinchilla et l’octodon qui ont besoin de grimper partout !

Il ne mord pas

Il mord très rarement et ne se défend pratiquement pas… Mais là aussi c’est une question de caractère, on peut parfois tomber sur un cobaye mordeur (même si c’est rare).

Il a tendance à la « débandade »

Pour une raison inconnue, le cobaye se met parfois à courir et sauter partout… et c’est contagieux, tous les autres copains de cage s’y mettent ! C’est un phénomène unique chez les rongeurs (à ne pas confondre avec un simple élan d’activité), et il semblerait que cela arrive lorsque le cobaye est satisfait et équilibré.

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie
– 30 Millions d’Amis
– NAC Magazine (www.nac-magazine.com)
– Editions de Vecchi
– Editions Rustica/Fleurus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *