Le coup de chaleur

Le cochon d’Inde est très sensible au coup de chaleur. Dès lors que la température est trop élevée, le cobaye ne parvient plus à assurer sa thermorégulation, ce qui entraîne toute une cascade de problèmes au niveau physiologique, voire la mort très rapidement.

Les individus les plus sensibles sont les cobayes âgés, les bébés, les femelles gestantes et allaitantes, et les races à poils longs. Les cochons d’Inde atteints de problèmes rénaux et cardiaques sont également à risque.

Symptômes

Quand le coup de chaleur est léger on remarque surtout des symptômes au niveau digestif : crottes minuscules, stase digestive, diarrhée. On observe aussi une dyspnée  (essoufflement, respiration saccadée) et parfois une anorexie.

Quand le coup de chaleur est plus important ou plus ancien les symptômes sont les suivants : urines plus rares (oligurie), arrêt de la production d’urines (anurie), tachycardie, paralysie ou parésie (perte de mobilité) postérieure.

Quand le coup de chaleur est gravissime et/ou trop avancé, les signes sont évocateurs : le cochon d’Inde est allongé sur le côté, il a des convulsions, est complètement paralysé et en hyperthermie (température corporelle très haute).

Complications

Si le cochon d’Inde survit au coup de chaleur, l’anurie et/ou l’oligurie peuvent être problématiques sur le long terme parce que toute atteinte rénale est irréversible, on ne peut pas « soigner » les reins. En cas de stase digestive, le risque de tympanisme est très grand.

Quand le coup de chaleur est sévère, le cochon d’Inde décède rapidement.

Causes

La température ambiante élevée est bien sûr la première cause du coup de chaleur. Mais celui-ci est favorisé par des facteurs aggravants : un abreuvement insuffisant, un taux d’humidité trop élevée, une ventilation insuffisante, une cage placée devant une fenêtre (effet loupe), l’absence de zone d’ombres (pour les cobayes en extérieur), et bien entendu l’exposition directe au soleil.

Diagnostic

S’il fait très chaud, le vétérinaire optera probablement en premier pour l’hypothèse du coup de chaleur. Il procèdera à une auscultation, pour écouter le coeur et la respiration. Il pourra aussi effectuer des tests sanguins et urinaires, pour déterminer par exemple le degré d’atteinte au niveau rénal.

Traitement

Si le coup de chaleur est léger, il faut placer le cobaye dans un linge humide et frais ou sur un tapis rafraîchissant, mais pas directement sur de la glace afin de ne pas provoquer de choc thermique.

Il faut le faire boire régulièrement, à l’aide d’une seringue sans aiguille.

Si le transit s’est arrêté, il faut savoir qu’il ne repartira pas « tout seul », le gavage sera alors préconisé.

 

Prévention
  • Ne mettez pas votre cobaye directement au soleil
  • Ventilez la pièce où il se trouve, fermez les volets
  • Allégez son pelage s’il a des poils longs
  • Laissez toujours beaucoup d’eau à disposition
  • Placez un tapis rafraîchissant dans sa cage
  • Pour les cobayes en extérieur, offrez de nombreuses zones d’ombres et rentrez-les au frais s’il fait trop chaud

Pour en savoir plus, consultez la page sur le cobaye et la chaleur.

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie
– 30 Millions d’Amis
– NAC Magazine (www.nac-magazine.com)
– Editions de Vecchi
– Editions Rustica/Fleurus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *