Vous voulez monter un élevage ?

Vous êtes un jeune adulte et vous voulez monter un élevage, sans avoir trop d’expérience ? Attention, car la désillusion peut être dramatique…

Cela ne rapporte absolument rien

Vous dépenserez bien plus que ce que vous gagnerez ! Qu’on se le dise une fois pour toutes : l’élevage de cobaye n’est absolument pas rentable ! On voit beaucoup de jeunes qui se lancent dans l’aventure afin de se faire de l’argent de poche, mais ils déchantent bien vite… Si un cobaye est peu cher à l’achat, sa “maintenance” est onéreuse.

  • Il faut compter 100 g de légumes frais tous les jours pour chaque cobaye et du foin à volonté
  • Les paquets de litière et de granulés de 25 kg coûtent plusieurs dizaines d’euros, et il faut les renouveler sans arrêt
  • Les frais vétérinaires peuvent être extrêmement chers.
  • Et il faut multiplier cela par plusieurs dizaines de cobayes

De plus, une femelle cobaye ne donne pas naissance à beaucoup de petits : entre 1 et 4 en moyenne. Et la gestation est longue (2 mois environ) et il faut compter un temps de repos entre plusieurs portées. Ainsi, une seule femelle ne pourra “produire” que quelques bébés par an et c’est tout. Et ces bébés ne se vendent pas cher.

Vous dépenserez bien plus en maintenance, nourriture, installations et frais vétérinaires que la vente de cobayes ne pourra vous rapporter.

Cela exige des connaissances très spécifiques

Le cobaye n’est pas un rongeur comme les autres. Son maintien et sa reproduction sont très particuliers. Il ne suffit pas de penser que c’est comme pour tous les rongeurs, qu’il suffit de lui donner des granulés de temps en temps et qu’en mettant un mâle et une femelle ensemble tout va bien se passer. Le cobaye a un régime alimentaire très particulier, exige des soins constants.

La reproduction du cobaye est très délicate

Il faut savoir que la reproduction est dangereuse pour la femelle. Et on ne joue pas à l’apprenti sorcier avec les races et les couleurs. Il y a certaines races et couleurs qu’on ne peut pas croiser car les bébés meurent, d’autres qui sont fragiles, etc…

Cela demande des choix à faire

L’élevage sélectif, ce n’est pas une “collection” ! Savez-vous au moins quelle race ou quelles couleurs vous souhaiteriez élever ? Beaucoup de gens ne connaissent pas les races et souhaitent uniquement avoir une “collection” de cobayes de toutes les couleurs et tous types de poils. Ce genre d’élevage est voué à l’échec. Si vous avez toutes les races et les couleurs, il ne s’agit plus d’élevage de sélection, mais de reproduction pure et dure.

Un vrai éleveur n’est pas un simple producteur de cobayes : il choisit quelques races/couleurs et travaille dur pour fixer des caractéristiques. Il se focalise sur certaines particularités au lieu de s’éparpiller un peu partout : il fait un véritable travail de sélection.

C’est ainsi qu’on voit beaucoup de débutants qui replacent les cobayes dont ils ne veulent plus : ils se rendent compte que telle race ne se vend pas ou ne leur plaît plus, et ils se débarrassent de ces cobayes.

Il faut savoir se fixer des limites

Un élevage ne doit pas être un camp de concentration ! C’est bien beau de posséder un beau cheptel de cobayes, encore faut-il se fixer des limites ! On voit parfois des éleveurs qui continuent d’adopter des cobayes en masse même s’ils n’ont plus les moyens de s’en occuper correctement. Cela s’apparente parfois à une pathologie, appelée le hoarding. Un élevage ne doit pas devenir un camp de détention pour animaux. Il ne faut pas se laisser déborder et songer au bien-être des cobayes avant tout.

Les races à la mode ne sont pas forcément celles qui se vendent le mieux !

Ne croyez pas qu’en voulant élever des cuys ou des skinnys par exemple vous arriverez à vous faire de l’argent ou à être considéré comme un éleveur prestigieux… Si certaines races sont à la mode, c’est parce qu’elles ont des particularités qui les rendent originales et “nouvelles” : le skinny a la peau nue, le cuy est deux fois plus gros qu’un cobaye normal, le lunkarya a des bouclettes… Mais comme on le sait bien, la mode finit toujours pas laisser place à une nouvelle mode… C’est ainsi qu’on a vu que les lunkaryas qui étaient top tendance il y a quelques années ne se vendent absolument plus… Si on prend le cas du cuy et du skinny qui sont très à la mode en ce moment, il faut savoir que très peu de gens sont fans de cobayes nus ou de gros cobayes craintifs ! Cela ne veut pas dire que les cobayes “classiques” dont les races existent depuis longtemps se vendent mieux ! Chacun a ses goûts, et ses races/couleurs favorites. C’est pourquoi il faut se limiter en nombre de races/couleurs quand on élève.

Les cobayes d’élevage ne se vendent pas très bien

C’est plus pratique d’aller en animalerie ! Eh oui, il est bien plus facile d’aller acheter en animalerie plutôt que chez un éleveur. De plus dans certaines régions, la demande est quasi-nulle. Etes-vous sûr que vous arriverez à vendre vos bébés ? Vous devez aussi vous poser cette question.

Il faut penser au long terme

Les cobayes ne sont pas des objets jetables. Ils vivent entre 5 et 7 ans. Que se passe-t-il si vous déménagez dans un endroit plus petit ? Si votre compte en banque à vide ne vous permet plus d’assumer un élevage ? Les cobayes sont des animaux vivant dont vous ne devrez pas vous débarrasser au moindre problème. Quand on veut se lancer dans l’élevage, il faut savoir que dès les premiers reproducteurs, on s’engage pour de longues années auprès d’eux. La durée de cet engagement augmente au fur et à mesure que de nouveaux cobayes sont adoptés.

L’élevage ca n’est pas rose

Vous verrez aussi des horreurs ! Avoir un élevage, ca ne veut pas dire uniquement voir naître de beaux bébés… C’est aussi faire face à des fausses-couches, des morts-nés, c’est devoir emmener ses cobayes chez le vétérinaire en extrême urgence, aider une maman à mettre bas en pleine nuit, déplorer la mort de toute une portée qu’on aurait pu sauver si seulement on était pas allé au cinéma, être témoin d’une toxémie de gestation

Il faut prendre en compte les risques sanitaires

Tout un élevage peut être contaminé ! N’oubliez pas que maintenir plusieurs dizaines d’animaux augmente les risques de transmission de maladies. En cas d’épidémie, serez-vous prêt à faire face à tout ce que cela engendre ? A dépenser plusieurs centaines voire milliers d’euros pour traiter vos animaux ? A envisager l’euthanasie dans les cas les plus graves ? Eventuellement à dire adieu à tout votre élevage ? Il faut aussi penser à cela lorsqu’on veut se lancer dans l’aventure.

Cela demande beaucoup de temps 

On ne monte pas un élevage en 2 mois ! On voit beaucoup trop de “jeunes éleveurs débutants” qui font l’acquisition de 50 reproducteurs en même temps, et continuent d’adopter de nouveaux cobayes en permanence… Que se passe-t-il ensuite ? Comme il y a un âge limite à ne pas dépasser pour la première gestation de la femelle, le débutant se retrouve avec plein de portées en même temps, et donc avec des vingtaines de bébés à placer ! Il faut aussi savoir espacer les portées pour ne pas se retrouver avec plein de bébés en même temps ! De telles personnes qui achètent plein de cobayes en même temps se laissent aller à des coups de coeur et ne pensent pas à l’avenir de leur élevage. Un vrai éleveur de sélection prend le temps de choisir les cobayes qui correspondent exactement à ses objectifs.

Photo : Emma’s Guinea Pigs

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie
– 30 Millions d’Amis
– NAC Magazine (www.nac-magazine.com)
– Editions de Vecchi
– Editions Rustica/Fleurus