Les kystes ovariens

Les kystes ovariens sont des grosseurs remplies de liquide, situées au niveau des ovaires de la femelle cobaye. Ils sont très fréquents. Si dans une partie des cas ils ne posent pas de problème, pour d’autres ils sont cause de grande douleur. Il n’est pas rare de trouver de très gros kystes qui pèsent une centaine de grammes à eux deux !

Il arrive qu’une femelle n’ait qu’un seul kyste, mais le plus souvent on en trouve deux, un à chaque ovaire. Et plus la femelle est âgée, plus les kystes sont gros. On dit que 75% des femelles de plus de 3 ans ont des kystes ovariens.

Symptômes

La femelle a l’abdomen dilaté. Elle mange moins et bouge moins. Elle peut avoir du mal à respirer, car des kystes volumineux compriment le diaphragme.

Un autre signe évocateur est une alopécie (perte de poils) symétrique, sur les flancs (photo en tête de l’article), quand les kystes produisent des hormones.

On peut aussi observer un écoulement par la vulve, si les kystes sont associés à une pathologie de l’utérus.

Complications

En l’absence de traitement, les kystes grossissent de plus en plus. Quand ils sont trop gros, ils compriment le diaphragme, empêchant la femelle de respirer correctement. Ils peuvent aussi provoquer un arrêt du transit (stase digestive) très problématique car il est difficile de “remettre la machine en route”.

La douleur est également un très gros problème, car elle entraîne une anorexie, qui peut parfois déboucher sur une malocclusion dentaire si la femelle cesse de manger du foin.

Causes

Les cobayes sont des rongeurs, et comme tous les rongeurs ils sont “programmés” pour se reproduire au maximum. Cela veut dire que les hormones travaillent à plein régime. Et parfois, un surplus d’hormones provoquent des troubles aux organes reproducteurs. Les kystes ovariens sont souvent liés à d’autres problèmes hormonaux touchant l’utérus, comme par exemple le cancer.

Diagnostic

Le vétérinaire procède à une palpation minutieuse, suivie d’un examen radiologique ou échographique afin de déterminer la présence de kystes ainsi que leur taille.

Traitement

En premier lieu, le vétérinaire peut procéder à une “vidange” du ou des kyste(s). Mais il ne s’agit que d’une solution temporaire qui ne règle pas le problème sur le long terme.

Il peut aussi prescrire un traitement hormonal. Celui-ci ne fera pas disparaître les kystes, mais il ralentira leur croissance.

La meilleure solution est la stérilisation, avec ablation de l’utérus et des ovaires (ovario-hystérectomie). Mais il faut savoir que c’est une chirurgie risquée pour le cobaye, car très lourde.

Pour traiter la douleur un antalgique est administré, et parfois un antibiotique afin de prévenir les infections.

Prévention

Le seul moyen de prévenir l’apparition de kystes ovariens est la stérilisation (voir ci-dessus).

 

Photo : Geeta Sharma

Marie-Sophie Germain

Auteur et journaliste spécialisée en Nouveaux Animaux de Compagnie
– 30 Millions d’Amis
– NAC Magazine (www.nac-magazine.com)
– Editions de Vecchi
– Editions Rustica/Fleurus